Galerie Rapinel

25, rue de l'Église
Bazouges-la-Pérouse


GUÉNAËL HAUTBOIS


du 07-10-2012 au 16-12-2012


les weekends de 14h30 à 18h00



Vernissage le 07/10/2012 à 12h00

Lieu : Galerie Laizé




L’esthétique fragmentaire développée par le romantisme allemand au XIXème siècle s’articule autour de la théorie du chaos. L’objectif de ce concept artistique, symbole d’une société en pleine mutation, est de rompre avec l’esthétique classique. L’artiste exprime la rupture et la destruction par la fragmentation. En peinture, ce morcellement se formalise par la juxtaposition de fragments autonomes pour former une totalité nouvelle, s’affranchir du passé, ou, comme l’indique Gilles Deleuze, « défaire la ressemblance pour faire surgir l’image». Cette image dont parle Deleuze, se construit à partir d’un diagramme virtuel présent sur la toile dans lequel s’interagissent deux notions : le chaos et le germe. Selon lui, ce binôme chaos-germe, c’est l’acte de peindre, le processus qui permettrait à l’artiste de transfigurer la réalité. À travers une pratique picturale, Guénaël Hautbois interroge cette esthétique du fragment.

Au rez-de-chaussée de la galerie Rapinel, Guénaël Hautbois présente un ensemble de peintures réalisé à partir d’une photographie d’un paysage de Bazouges. Ce panorama éclaté, dont les parties sont disposées sur un espace courbe, illustre un des fondements de la pratique artistique de l’artiste : le fragment comme l’expression d’un chaos transfiguré.

Au premier étage, l’artiste reprend les principes du cabinet d’amateur. Autour du thème du paysage, il présente un corpus d’œuvres composé de photographies et de peintures empruntées à des artistes de son choix ou issues de sa collection et fonds personnel (Pascal Moreul, Vincent Victor Jouffe, Johann Ollivier, Alex Cretey Systermans).








Whole and parts
Whole and parts